GRANDES SCULPTURES

LE TOURBILLON MÉDITATIF
Pour Axel Cassel

Comment pourrais-je me tourner
pour envelopper davantage
et pour mieux me développer
j’attrape au passage une graine
que je nourris dans mon giron
de copeaux d’écorces de fibres
pour le lâcher dans son envol

Matière noire que j’arrache
aux champs de bataille innombrables
dans les calottes de vos crânes
les cupules de vos genoux
reproduisant à mon échelle
la naissance des galaxies
avec leurs trous vertigineux

Les tourbillons du vieux Descartes
ont retrouvé leur nouveauté
des astres croissent et s’enflamment
d’autres se couvrent d’océans
où se disposent continents
poussant leurs arbres et villages
bientôt pirogues et galères

Le long des remparts de la ville
Troie Pékin Rome ou Mexico
les guerriers se sont affrontés
s’écoulant comme des fontaines
de sang parmi bris de vaisselle
sacrifice aux dieux déjà morts
fantômes devenus vampires

Les ondulations du manteau
sonnent comme cordes ou cors
l’envers va devenir l’endroit
la nuit donner naissance au jour
dans l’effondrement des monnaies
gratte-ciels devenant navires
appareillant vers l’au-delà

De l’horizon des apparences
vers le lieu de l’apaisement
où l’on écoute enfin la voix
des animaux et des enfants
les murmures de la forêt
la valse des imbrications
palpitation de métaphores

Michel Butor, octobre 2009